Ne laissez pas votre premier contact voler vos rêves - SuccessBuilderAcademy

Confiance en Soi

Ne laissez pas votre premier contact voler vos rêves

on

Vous est-il déjà arrivé de parler d’une opportunité, d’un bon plan ou d’un business qui vous enthousiasme au plus haut point  à une personne en qui vous placez toute votre confiance, et le simple fait que cette dernière ne partage pas votre vision suffise à vous faire abandonner votre projet ?

Il s’agit parfois d’une simple inscription dans une salle de sport, ce qui n’est pas dramatique, mais lorsque cette situation touche votre business, alors cela se transforme malheureusement en scénario catastrophe…

Voici justement un petit scénario trop fréquent lorsqu’une personne décide de se lancer en affaire:

Une histoire amusante amusante m’a replongée dans mes débuts en Marketing Relationnel, et m’a surtout rappelé à quel point il est fréquent que les nouveaux entrepreneurs mettent leurs rêves et leur conviction dans les mains de leurs premiers contacts qui seront finalement ceux qui détermineront leur succès ou leur échec dès les premiers jours.

Lors d’une formation j’entends une personne présenter son nouveau business, dans les voyages.

Je trouve l’idée géniale, et je pense immédiatement à ma sœur qui ne vit que pour ses voyages, et je recherche donc cette personne pour en savoir davantage.
Le concept de ce business, c’est de bénéficier de tarif défiant toute concurrence sur des voyages, séjours, vols, hôtels, locations de voiture, etc… bref tout ce qui tourne autour des déplacements et des voyages.
En fait il s’agit d’un club privé de voyage international, dont la cotisation, de 50 ou 100 $ par mois est intégralement reversées en crédit sur notre compte voyage l’année d’après à la date anniversaire. En gros cela revient à mettre de l’argent de côté pour ses voyages de l’année suivante.
Et ça c’est exactement ce que fait ma sœur depuis des années puisqu’elle met 250 € de côté par mois pour ses voyages !
Cerise sur le gâteau, pour chaque personne parrainée, le club vous attribue 200 ou 300 $ en fonction de la formule choisie, pour voyager.
Et comme ma frangine voyage souvent avec des amis, c’est que son entourage aime aussi les voyages, il me semble donc totalement évident que ce truc va l’emballer.
Et bien devinez quoi: je lui envoie la vidéo que je viens de voir et elle est déjà programmée pour dire « non » et donc ne pas relever les mêmes infos:
J’y ai vu tous les bons côtés, et elle, les mauvais (erronés en plus bien entendu).
Et là évidemment, devinez quoi… le doute s’installe.
D’une part je me demande si cette opportunité est aussi géniale que je le pensais.
D’autre part je me rends compte que je pensais que tout le monde serait évidemment aussi emballé que moi ne serait-ce que pour les voyages, et la personne pour laquelle je n’avais aucun doute m’a démontré le contraire en à peine quelques minutes. Du coup ce qui me semblait hyper facile m’apparait bien plus compliqué, et mon enthousiasme initial est retombée.

La majorité des personnes n’iront pas plus loin que cette étape.

Pourtant, si je reprends le même exemple, lorsque j’ai démarré le Marketing Relationnel avec la compagnie dans laquelle je suis aujourd’hui, le scénario a été le même.
Cette société propose à prix usine des produits cosmétiques et maquillage.

Ma même frangine a fait un CAP et un BP d’esthétique pour se rendre compte au final que ce qui lui plaisait était la vente des cosmétiques et le maquillage, et qu’en institut elle faisait surtout des épilations et des modelages.
Elle avait de plus pour projet de travailler à son compte.
Donc forcément, même chose, je me dis que c’est fait pour elle,  je me dis même que je ne sais pas si ça va fonctionner pour moi, mais pour elle c’est sûr !
Et bien devinez quoi…
Même réponse… excuse sur excuse pour ne pas se lancer, là où je vois une opportunité à partager donc le côté « je vous offre quelque chose », elle vois le fait de solliciter ses amis, donc « je vous demande quelque chose ».
Elle voit le verre à moitié vide et à moi moitié plein.

J’ai mis 3 mois avant de prendre la décision de me lancer, mais si je n’avais pas décidé de le faire malgré tout, je ne ferais pas partie leaders de ma compagnie aujourd’hui, et je n’aurais ni les revenus ni la qualité de vie que j’ai acquis en 2,5 ans et qui durent depuis plus de 8 ans.

Et pour vous assurer qu’il n’y avait rien d’autre à faire ou à espérer, la suite de l’histoire est que ma soeur a démarré finalement 2 ou 3 ans plus tard, parce qu’elle a vu à quel point ça avait été simple pour moi (et j’ai pas dit facile). Sauf que jamais ça n’a été sa priorité, elle a trouvé des excuses pour ne pas faire là où je n’en ai jamais trouvé et bien entendu elle a fini par arrêter.

Ce qu’il faut en retenir, c’est qu’elle n’est simplement pas câblée pour ça.

Alors comprenez juste ça: c’est VOTRE business.

Ne laissez jamais personne vous dire si c’est bon ou pas pour vous car personne ne le sait à part vous-même,  pas plus que vous ne saurez si c’est bon pour les autres ou pas.

Parfois ce n’est pas le bon moment, parfois ça ne le sera jamais… peu importe.

Un chef d’entreprise avant d’ouvrir sa boite va faire une étude de marché, et heureusement, pas avec son entourage, mais avec le potentiel sur son secteur.
Si vous savez que le potentiel est là, alors vous irez au bout de vos rêves, mais vous ne pouvez pas savoir avec qui.

Comme certains m’ont demandé, voici le mail de la personne qui propose ce club privé: thefilmmakerglobetrotter@gmail.com

Je vous souhaite tout le bonheur du monde.

Bon succès !

A propos de Anne-Sophie COLLET-MARESCHAL

Laissez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *